La Capsule Rouge

Gregg Araki – White Bird et puis s’envole

3 novembre 2014 Cinéma, Geek
arakiwhitebird

J’ai découvert Gregg Araki avec le film Doom Generation (1995), road movie punk bien ficelé avec sa tartine de X en veux-tu en voilà (X pour la génération). J’avais vraiment apprécié ce film. Puis je suis tombé sur Mysterious Skin (2004), un drame sur fond d’abus sexuel sur mineur (wouhou …). Dur à encaisser celui-ci. Lorsque ma tendre et chère aimée m’a proposé de regarder son dernier film « White Bird« , autant vous dire que je n’ai pas tout de suite sauté au plafond mais j’ai évidemment accepté avec plaisir car il s’agit d’un incroyable réalisateur qui n’a plus à faire ses preuves (comme ça si elle me lit je suis clean). Regarder un Araki, c’est un peu comme se taper une randonnée au Maïdo de la Réunion en tongues, t’en chies mais c’est beau et tu t’en souviens un bon moment.

White Bird est adapté du roman « Un oiseau blanc dans le blizzard » de Laura Kasischke. Kat (Shailene Woodley), une jeune ado un peu déchantée vit avec ses parents façon belle famille américaine. La jeune demoiselle sort avec son voisin, un mec de son âge un peu gnangan mais assez sexy à ses yeux pour envisager le corps à corps autour d’un baiser derrière la porte du garage. La mère de Kat est du genre dépressive (« Ma vie c’est de la merde, je suis passée à côté alors que j’étais une vraie bombasse« ). Vous aurez deviné, Eva Green joue la mère. Puis un jour, celle-ci disparait. Pouf, envolée (pas la pouf). A plus maman prozac. Kat s’en fout un peu. Vite fait je vous rassure. En fait sa mère reste omniprésente tout du long du film, et ce malgré son absence.

Une enquête policière est menée pour la retrouver. Mais rien n’y fait, maman Lexo n’est plus. Kat pense qu’elle a pris la poudre d’escampette. Sa consommation d’anxiolytiques aurait justifié l’acte. Au milieu de ce bordel, le père, lui, tente tant bien que mal d’avancer et reconstruire sa vie. Le quotidien reprend donc son cours, Kat part à l’université. Les années passent, l’hypothèse d’une fugue maternelle ne fait plus l’ombre d’un doute pour Kat. Puis …

Ce film m’a vraiment plu. Je l’ai trouvé plus léger que les autres films d’Araki (je ne suis pas un grand connaisseur, juste un peu curieux). Pourtant j’y ai retrouvé cette approche esthétique qui lui est propre. La photo est à tomber encore une fois, le rendu des années 80 et 90 très fidèle. L’approche transgressive de Gregg Araki, que l’on peut retrouver dans ses autres réalisations, demeure ici le socle des nombreuses et complexes relations établies entre les personnages de la fiction. C’est équilibré, finement mis en scène, et paradoxalement très accessible. Donc si vous ne connaissez pas les films du monsieur, peut-être pourriez-vous commencer par celui-ci.

White Bird m’a fait penser à un excellent jeu vidéo que je vous conseille grandement. Il s’agit du jeu « Gone Home« . Un FPS d’investigation (comprenez une enquête à la première personne) dans lequel vous incarnez Kate (tiens tiens), une jeune étudiante de retour au foyer familiale qui découvre que ses parents et sa soeur ont disparu. Seule chez elle, Kate doit donc mener l’enquête pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé. La durée de vie du jeu est courte (2 heures, le temps d’un bon film) mais quelle narration ! L’intrigue se déroule en plein coeur des années 90. Et tout comme dans White Bird, l’ambiance y est fidèlement retranscrite (quelle musique notamment !). Si vous ne connaissez pas ce jeu (disponible sur Steam), foncez. J’essayerai de vous en parler plus longuement dans un billet dédié si je trouve la temps et l’inspiration (genre Mr Poète). Les similitudes entre White et Gone Home sont très nombreuses. C’est même très surprenant en fait … (si tu cherches un patch français sur mac pour les sous-titres, demande-moi ok ?) …

Information! La BO très 80′ et 90′ de White Bird s’écoute ici sur Spotify.

Tu aimes cet article ? Partage-le !

Au sujet de l'auteur

La Capsule Rouge

"Captain Wesker, where's Chris?"

4 Commentaires

  1. Nicolas Malino 4 novembre 2014 at 11 h 08 min

    Gone Home est un excellent jeu en effet !

    • Le Blog Alternatif 4 novembre 2014 at 11 h 11 min

      La BO est à écouter ici d’ailleurs 🙂

      • Nicolas Malino 4 novembre 2014 at 11 h 25 min

        ça tue merci !

  2. Jack89 4 novembre 2014 at 11 h 26 min

    Un peu chelou ce film mais pourquoi pas

Laisser un commentaire