La Capsule Rouge

Converge – Grim Heart / Black Rose et souvenir de 2005

17 février 2015 Hors actu, Musique
converge_black01

C’était il y a un 10 ans maintenant, dans un coin paumé entre Aix-en-Provence et Marseille, un patelin nommé Luynes. Il y a une petite salle de concert là-bas qui s’appelle le Korigan. A l’époque (il y a 13,14 ans), des locaux de répétitions situés au premier étage de la salle permettaient à des groupes amateurs de pouvoir répéter dans de bonnes conditions. Enfin j’entends par là un toit, de l’électricité et une clé pour la porte de son local. Le reste c’était moisissure et clopes jonchant le sol. L’esprit était bon, on s’y sentait bien dans ce terrier grunge. Depuis ces locaux ont fermé mais pas la salle de concert au rez-de-chaussée. Cette dernière ne paie pas vraiment de mine. La jauge est à 200 têtes et la bière pas trop chère. Il faut juste s’y rendre en voiture car c’est perdu. Problème quand tu es un peu bourré en fin de concert, pas mal de flics contrôlent dans le coin, surtout les soirs …

Le 31 mars 2005, Converge jouait au Korrigan en tête d’affiche avec Beecher et peut-être 2 autres groupes dont j’ai oublié les noms. A l’entrée de la salle était stationné un gros tour bus noir. Ils étaient nombreux à y vivre entassés. Vraiment trop nombreux même je pense… On nous avait fait visité. C’était une jolie poubelle. Des sacs de couchages par terre, entre 4 cadavres de bières et des sacs plastiques remplis de je ne sais pas quoi.

Ça jouait fort ce soir là. Converge oblige : c’était blindé. Les premiers groupes avaient fait le job. Je n’en garde pas un souvenir incroyable. Puis converge … Je ne connaissais pas vraiment ce groupe. L’entrée sur scène était …. très marquante. Une montée toute en puissance de quelques minutes rythmée sur les battements d’un riff de guitare déstructuré, un tsnumai de colère qui venait de loin pour finalement tout arracher dans la salle au moment où le premier morceau parait. J’ai rarement vu ça. En quelques minutes, le chanteur s’était transformé en une sorte de Hulk du punk hardcore. Les morceaux s’enchainaient à une vitesse fulgurante. Nous étions pris dans un tourbillon d’énergie. Energie au premier abord très négative pour certains. Mais lorsqu’on connait un peu ce style de musique, on sait qu’il vaut bien une année de thérapie à 50 euros la séance.

Pendant le concert, un punk chelou foutait le merde dans la fosse. Il avait une salle tête et dessus une crête le rendait clairement identifiable. Un mec pas très clean à première vue. Il frappait des gens dans les pogos (pas bien). Un spectateur avait réagi pour le mettre à terre. Le groupe s’était arrêté de jouer. Le punk en chiait à cause d’une sale droite reçue dans la face, mais il continuait de chercher des crasses. Malgré les « kiss, kiss, kiss » lancés par le chanteur pour calmer un peu le jeu, la querelle s’était terminée dehors je crois. Le punk avait perdu car ils étaient nombreux à vouloir lui rappeler qu’il ne fallait pas perturber une messe comme celle-ci. Il n’aura pas vu la fin du concert mais aura gouté à quelques graviers du parking je pense.

A la fin du concert, nous avions rencontré les musiciens de Converge mais aussi des groupes qui jouaient avec eux. Des gars vraiment sympas qui semblaient aimer leur façon de vivre. L’un d’eux gagnait sa vie aux USA en vendant des jeux vidéos dans un store. Un fan de Resident Evil. Ça avait tout de suite aidé à briser la glace. Nous leur avions offert des bières à l’étage supérieur de la salle (là où nous répétions avec notre groupe de potes). Quel chouette souvenir. Je me souviens également du chanteur de Converge. Un mec terriblement timide. Répondre à une simple question lui semblait être d’un effort touchant. Rien à voir avec l’image qu’il renvoyait sur scène une heure avant. C’est à ce moment là qu’il nous avait proposé de visiter le tour bus. Tu connais la suite …

Enfin bref, je me demandais juste ce que je pouvais écrire en voulant partager ce morceau de Converge que j’aime beaucoup. J’ai à présent ma réponse.

Bon ce titre n’est pas forcément représentatif du punk hardcore composé par Converge. D’ailleurs c’est Jonah Jenkins, le chanteur de Only Living Witness qui pousse la chansonnette. Mais on s’en fout. J’aime ce morceau. Je le trouve très accessible, et si il peut permettre à certains qui ne connaissent pas ce groupe à s’y intéresser, c’est déjà ça. Il est extrait de l’album « No heroes » sorti en 2006.

Tu aimes cet article ? Partage-le !

Au sujet de l'auteur

La Capsule Rouge

"Captain Wesker, where's Chris?"

Laisser un commentaire